ACCUEIL | LA MUSIQUE | LES FRERES JACQUES (1963)

 

 

 


Comment s'est formée cette merveilleuse famille dont aucun membre ne s'appelle "Jacques" et qui ne compte que deux vrais frères: André et Georges Bellec, des Bretons bretonnants, les "faux frères" étant Paul Tourenne, le Parisien de la bande et François Soubeyran, le Drômois ?

Nous nous sommes rencontrés en 1944, nous dit Paul, au sein d'une association culturelle dont trois d'entre nous faisaient partie. Georges, élève des Beaux Arts, n'avait qu'à traverser la rue pour se joindre à nous. Deux ans plus tard, nous adoptions notre costume : collant bicolore, chapeau claque, gants immaculés.

Faisons l'inventaire comme dans la chanson de Prévert : un avocat, un peintre, un télégraphiste, un paysan et... un raton laveur qui vous suit partout, cela donne un groupe vocal.

L’avocat, c’est André ; le peintre, c’est Georges qui fut trompettiste dans l’orchestre de Claude Lutter. Paul débuta dans les postes, puis régisseur d’orchestre à la radio, il foma des chœurs dans les colonies de vacances et les auberges de la jeunesse. L’homme de la terre, François, natif de Dieulefit, a monté un atelier de poterie dans la ferme paternelle.

Les duettistes s’appelaient à cette époque les frères machin, les frères trucs, c’était le monde de la fraternité en musique. Comme nous voulions "faire les Jacques", comme dans le dicton populaire, nous nous sommes baptisés Les Frères Jacques.

 

Avec leurs succès En sortant de l'école, La pêche à la baleine, Deux escargots sent vont à l'enterrement, ils partent en tournée à travers le monde. Ce sont des baladins du XXème siècle.

 

Le goupe formé en 1945 acheva sa carrière en 1982.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  ACCUEIL | LA MUSIQUE | LES FRERES JACQUES (1963)

 

 

 

bachybouzouk.free.fr